Rechercher dans ce blog

50 artistes de Belgique Jacques Collard Viva Press


«Faire connaître l’homme (ou la femme) et l’œuvre. Entreprendre l’abord de cette dernière dans les termes les moins techniques possibles, en parlant français et non iroquois. Expliquer pourquoi un artiste a autant de décisions à prendre qu’un Pédégé. Expliquer ...
pourquoi la place de la petite vendeuse du coin lui apparaît souvent plus confortable que la sienne.
Expliquer pourquoi «c’est terrible de DEVOIR PEINDRE?» (comme on DOIT accoucher) ainsi que me le disait un artiste.
Voilà quels sont mes buts, vous disais-je lors de la parution de mon premier choix de 50 ARTISTES DE BELGIQUE. Voilà ce que je vous répète au seuil de cette seconde sélection de cinquante autres de ces artistes. Et j’ajoutais alors, et je vous répète maintenant : “Si l’accueil est bon, pourquoi pas d’autres séries qui s’échelonneront au fil des ans? d’autres séries réunissant mes chroniques ayant paru hebdomadairement dans le POURQUOI PAS? et d’autres textes?
Puisque je récidive, c’est que l’accueil fut bon de la part du public, et c’est ce qui m’encourage. Peu me chaut que d’autres aient fait la petite bouche parce qu’ils n’aiment et n’appuient que ceux qui défendent leurs poulains et acceptent leurs consignes. Je suis bien résolu à continuer à me refuser de sacrifier le moindre iota de mon indépendance de jugement, sans naturellement, avoir l’outrecuidance de me décréter infaillible. Croyez bien qu’au contraire, il m’arrive de mal dormir en me demandant: Ne me trompé-je pas? mon effort perpétuel en direction du maximum de liberté d’esprit et de choix, n’est-il pas malgré moi entaché de subjectivité?
«Artistes de Belgique». Je tiens à ce vocable parce qu ’il englobe les mis tes tributaires non pas d’une nationalité, mais d’un orbe culturel. J’y inclus naturellement, les non-Belges travaillant en Belgique, et je ne crois P35 pouvoir en exclure les Belges travaillant hors frontières mais dont la for ‘ mation s’est accomplie chez nous, dont la démarche fut entamée chez nous, et qui restent par conséquent solidaires de cet orbe culturel.
Art de pays Où de mm temps on naquit un pinceau dans le ventre, un burin, un ciseau dans la main. Art de pays d’ inspiration Spécifique, où tout ce qui vint d’ailleurs 5 ’assimila et ne reparut que d1géré. Mais surtOUï, art de pays où de tout temps les autres vinrent comme en Italie, chercher de5 leçons. Cette vocation n’a pas été trahie, quo1qu en pensent les snobs qui préfèrent les singes des standards internationaux aux authentiques qui sont les seuls à faire ce qu’ils font.
Art de pays où le souci du sérieux a toujours déterminé l’artiste à ne prendre nulle liberté avec le métier, à respecter ses matériaux, ce qui équivaut à se respecter lui-même et à respecter son public.
Vais-je vous parler (vous reparler plutôt à la suite de maints autres) des noms universellement connus? J’hésite. Pourquoi recommencer une cinquantième fois leur panégyrique, alors que tant d’autres méritent d’être connus et ne le sont pas, ou ne le sont que mal? Sans exclure les grands, j’accorde une priorité (équitable) aux négligés, à des découvertes, aux grands de demain. Alors, des jeunes? assurément, il y en a. Mais bien des gens s’intéressent aux jeunes artistes, ou prétendent le faire. Je me refuse pour ma part, à passer sous silence les éternels oubliés: les plus de cinquante ans qui n’ont pas eu l’audience qu’ils méritaient. La fidélité à leurs options de jeunesse ou d’âge mûr vaut à certains d’entre eux d’apparaître comme des artistes d’hier: il faut en parler en raison du courage qu’il leur a fallu pour peindre comme ils l’ont fait en 1920, en 1930. Quant aux autres, les grands intemporels, mieux vaut dans l’intérêt d’une certaine faune, ne pas insister sur les motifs peu reluisants qui les empêchèrent de «sortir», bien que profondément originaux, bien qu’intensément profonds… Faut-il enfin répéter ce que j’ai dit clairement dans l’introduction à mon premier tome, et ce qui fut cependant, mal compris par d’aucuns? Je ne fais pas en ces recueils, de sélection exhaustive, puisque leur publication doit s’échelonner au cours des ans. Est-il besoin d’ajouter aussi que leur ordre de publication n’a donc rien à voir avec la qualité des artistes repris, mais qu’il répond à un souci panoramique d’équilibre de qualité, de tendances, d’intentions? Je risquerais par ailleurs, d’altérer l’intérêt des recueils futurs, si je ne gardais en réserve un nombre suffisant de très grands artistes. Or donc, qu’on le comprenne, or donc, qu’on se le dise!
 


Notre prix : € 8.10

Titre
50 artistes de Belgique
Auteur
Jacques Collard 
Edition
Viva Press
Réf commande
1984.4176.1

Fiche technique : Couverture soupleà rabats
216 pages illustrations N/B
730 grammes
19 cms
de large
29 cms
de haut
1.8 cms
d'épaisseur

Fiche d'état : très bon état !
Sans taches, notes, ou soulignages quelconques ! 
Pas de pages pliées ou cornées.
Avec une dédicace en page de garde
Couverture :
très bon état
Tranche :
très bon état
Intérieur :
très bon état

Réservation et enlèvement sans frais en magasin, ou

envoi à votre domicile en Belgique via Bpost en 2 jours
participation aux frais de port 4€50 )

Aucun commentaire: